L’agriculture, une nouvelle dynamique urbaine

JPEG

L’agriculture urbaine rencontre un succès grandissant. La Région bruxelloise n’échappe pas à la règle. Parfois, sous la forme de potagers de jardin, de potagers de quartier, de potagers au sein des écoles, de potagers en bacs sur les trottoirs, sous les arbres de voirie et même de cultures de légumes sur le toit des immeubles.
Tous les espaces sont investis pour cultiver « son » petit lopin de terre et revenir à une consommation locale, loin des circuits traditionnels de la grande distribution.
Un retour à la source se fait sentir, aux valeurs de base, aux rythmes saisonniers. Un besoin de savoir ce qu’on mange, où et comment.
Un recensement des sites potagers a mis en évidence la présence de plus de 260 potagers sur la région bruxelloise (sans compter les potagers privés) qui couvre plus de 53 ha.

Ces initiatives rencontrent également le besoin de renforcement de lien social au sein de la ville vécue parfois comme anonyme.
Afin de soutenir ces valeurs environnementales et cette demande citoyenne, de nombreux outils ont été mis ou seront mis en place :

  • L’appel à projets « potagers collectifs » lancé par Bruxelles Environnement a permis à ce jour d’accompagner une trentaine de potagers en ville, spécifiquement dans un contexte urbain dense, là où la demande est plus présente.
  • Un accompagnement supplémentaire par des professionnels est prévu cette année afin de soutenir les potagers en difficulté.
  • Plus de 250 parcelles sont aménagées à l’heure actuelle dans les parcs régionaux pour les particuliers. Ce chiffre est en constante augmentation.
  • La carte des potagers urbains (disponibles sur le site internet de Bruxelles Environnement) a été actualisée récemment. Elle permet à chacun de localiser les potagers collectifs près de chez soi afin de les visiter ou d’y participer.
  • Le site internet « www.potagersurbains.be » a connu une augmentation continue de fréquentation, soit une augmentation de 314 % depuis sa création en 2012. Ce site fait actuellement l’objet d’une enquête en ligne afin de pouvoir l’adapter aux besoins des utilisateurs.
  • Les communes seront davantage impliquées dans les actions menées au niveau régional.
  • Des « chantiers ouverts » seront organisés 8 fois par an sur des sites potagers en demande d’aides ponctuelles. Ce sera l’occasion d’échanges entre jardiniers.

Afin de mener à bien toutes ces actions, nous avons le plaisir de travailler en collaboration avec une nouvelle équipe.
Un bouillon de cultures est présent dans notre contexte urbain. A nous de le développer !

Bruxelles Environnement - BE


Plan de la rubrique

petit trombone

Espace d'échange